« JEAN-PIERRE RAFFARIN s'engage dans la campagne pour le oui | Accueil | PIERRE LEQUILLER, porte-parole de Dialogue et Initiative: Bienvenue sur le blog des "Amis du oui à la Constitution". »

L'appel des amis du oui

Le président de la République a décidé de soumettre l'adoption de la Constitution européenne au référendum. Ce choix démocratique engagera la France et les Français pour les décennies à venir. Fidèle à ses convictions, Dialogue & Initiative s'engage pour expliquer les avancées que permet ce traité et souhaite rassembler tous "Les amis du oui" dans le cadre d'un débat ouvert, pluraliste et non partisan pour faire partager les 12 raisons qui nous font penser que le OUI est bon pour la France et pour l'Europe.

lune Europe plus humaniste et plus démocratique


OUI
à une Constitution qui intègre la Charte des droits fondamentaux et proclame les valeurs unissant les peuples européens.

OUI à une Constitution qui augmente les pouvoirs du Parlement et qui consacre la démocratie participative notamment par l’instauration d’un droit d’initiative populaire favorisant le dialogue entre les citoyens et les institutions.

une Europe plus respectueuse de la souveraineté des Etats membres


OUI à une Constitution qui redéfinit explicitement les compétences respectives des Etats membres et celles de l’Union, renforçant ainsi l’application du principe de subsidiarité.

OUI
à une Constitution qui donne un rôle accru aux Parlements nationaux en les impliquant dans les travaux menés par les institutions européennes.

OUI
à une Constitution qui prévoit une clause de retrait volontaire explicite donnant à tout Etat membre le droit de se retirer de l’Union.

UNE EUROPE plus sûre à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières


OUI à une Constitution qui promeut une politique européenne de l’armement par la création d’une Agence Européenne de l’armement et qui ouvre la voie à une coopération renforcée entre les Etats membres en matière de défense.

OUI à une Constitution qui prévoit une meilleure coopération transfrontalière en matière de police et de justice, qui accroît les moyens de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, et qui crée un Parquet européen.

UNE EUROPE politique au fonctionnement plus efficace et plus simple


OUI à une Constitution qui réforme les institutions afin de leur permettre de fonctionner à 25 membres.

OUI à une Constitution qui simplifie le processus de décision en étendant la majorité qualifiée à des domaines jusqu’alors soumis au vote à l’unanimité, tels que le droit pénal, la politique d’asile et d’immigration, la coopération judiciaire, la culture et la politique commerciale.

OUI à une Constitution qui donne un visage et une voix à l’Europe par l’élection d’un Président du Conseil européen pour une durée garantissant plus de stabilité et de visibilité (2 ans et demi au lieu de 6 mois) et par la nomination d’un Ministre des Affaires étrangères de l’Union.

une Europe plus compétitive et plus sociale

OUI à une Constitution qui consacre la liberté d’entreprendre et le principe de libre concurrence tout en préservant les services d’intérêt économique général et qui instaure un véritable dialogue social européen en institutionnalisant le rôle des partenaires sociaux.

OUI à une Constitution qui consacre un modèle social européen en promouvant une économie sociale de marché, en définissant des objectifs sociaux clairs : (plein emploi, lutte contre l’exclusion sociale, développement durable, justice sociale) et en adoptant une clause sociale contraignante pour tout acte législatif européen.

Signez_appel2_2

janvier 12, 2005 at 07:50 AM dans Les amis du oui | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341d273253ef00d8346f555e69e2

Listed below are links to weblogs that reference L'appel des amis du oui:

Commentaires

Je souscris à cet appel qui montre bien que les raisons de voter oui l'emporte de très loin sur les raisons d'hésiter. Je vais le diffuser autour de moi !

Bien à vous,

Michel

Rédigé par : Michel | 12 jan 2005 11:24:08

"OUI à une Constitution qui consacre un modèle social européen en promouvant une économie sociale de marché, en définissant des objectifs sociaux clairs : (plein emploi, lutte contre l’exclusion sociale, développement durable, justice sociale) et en adoptant une clause sociale contraignante pour tout acte législatif européen."

Nous savons aujourd'hui ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Le modèle social français ne fonctionne pas.

Paris est administré par des personnes qui se réclament du social. Pourtant sous les ponts à côté de l'hôtel de ville il y a de plus en plus de "sans domiciles fixes " SDF. Je ne parle pas des alentours de la gare de Lyon.

Ce n'est pas l'argent qui manque, mais bien la volonté. L'automobiliste paye très cher à Paris son droit de circuler et de stationner. Moi-même, pour avoir laissé ma voiture quelque instant sur un emplacement réservé aux livraisons, j'ai dû aller chercher ma voiture en fourrière, avec en prime une arrogence des préposés à la fourrière, pratiquant la provocation pour ajouter une amende d'insulte à agent. je ne parle pas du prix que cela m'a coûté pour assister à la séance UMP du mercredi matin.

Le social, l'écologie, le développement durable ne sont que des chimères pour nous culpalbiliser et nous faire payer des impôts et nous soumettre à la volonté d'une minorité qui se considère majoritaire.

Le système français basé sur des grandes entreprises soumis à l'oligarchie des énarques fonctionne sur les impôts et les prélèvement sociaux qui alimentent par des subventions les grandes entreprises et qui emêchent tout un chacun de développer une activité en le soumettant à une administration bureaucratique draconnienne. Le tissu écomomique français est en déchéence.

Il ne faut surtout pas exporter le système français et l'imposer à l'Europe. Au contraire les français doivent apprendre à se remettre en question et l'Europe est un bon prétexte.

Jean-Marie BRUTY

Rédigé par : BRUTY | 12 jan 2005 14:34:21

Il fauf accepter le nouveau traité constitutionnel se l'Union.

Pourquoi ? Aucune pesonnalité politique n'a le courage de le dire.

Les membres de l'Union pris individuellement n'existent plus, même la France, en particulier depuis le démentélement de l'Empire et de l'abandon de l'Algérie par le Président de Gaulle

Il serait souhaitable que notre Europe soit fiére d'elle même, qu'elle en revendique le droit comme les USA et Israel, sans leur arogance et leur esprit de domination;

Il faudrait que l'Union soit capable de revendiquer son indépendance comme le font les pays émrergents. Pour cela il faut se libérer de la domination des Américains et quitter l'OTAN dont la seule raison d'être est de coloniser l'Europe. Il faut organiser au plus vite une défence européenne. La frilosité de l'organisation de GALILEO est très révélatrice de cette situation.

Les peuples diront OUI si les irresponsables politique montrent la voie de la fiéreté et de la grandeur de l'Europe (sans passer pour des nationalistes ou des impérialistes comme les USA ou Israêl.)

Rédigé par : POLLISSARD | 12 jan 2005 18:36:12

J'ai été contre l'europe mais maintenant que nous y sommes autant aller jusqu'au bout, et voter OUI au referendum

Rédigé par : fagetou | 28 jan 2005 01:44:50

L'UDF est pour le non pourquoi le signalé sur la page.

BC

Rédigé par : Cabarrocas | 28 jan 2005 08:42:28

OUI à l'Europe et sa consitution,
non à l'entrée de la Turquie dans l'europe

Rédigé par : Cabaret Thérèse | 28 jan 2005 10:17:37

Je vote pour le " OUI " car la Constitution Européenne sera une avancée dans la représentativité de l'Europe au sein du monde. Nous avons besoin d'une Europe forte, qui sache prendre des décisions sur les plans sociaux, économiques et politiques. Cette puissance Européenne ne pourra apporter la paix dans nos sociétés que, si elle est réellement effective et possède les moyens pour mettre en place une Politique représentative et respectueuse de chaque pays membre. La Constitution Européenne est un pas de plus vers la construction d'une Europe qui marquera le paysage mondial par sa capacité à prendre les grandes mesures décisionnelles pour notre avenir et celui de nos enfants, par une certaine autonomie politique, mais tributaire du bien-être commun. La constitution Européenne sera la clef pour ouvrir la porte des emplois et de la libre circulation des individus pour faire face aux problématiques du chômage et de la précarité en évitant l'assistanat systématique. Elle sera une immense ouverture de la conscience des hommes.
Bruno LEROY.
Éducateur.

Rédigé par : BRUNO LEROY. | 28 jan 2005 10:50:27

Pourquoi je voterais NON a la Constitution Europeenne...


LAISSONS DU TEMPS AU TEMPS EUROPEEN…

J’ai comme une attirance magnétique avec les peuples européens. Aussi nécessairement que l’aimant attire la limaille. Les langues, les visages, les cultures…

Aprčs m'avoir conduit sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, le vent me porte de Paris vers Sarajevo, de Strasbourg vers Bruxelles, de Sofia vers Dubrovnik, de Rome vers Galway, de Dresde vers Varsovie, de Budapest vers Copenhague, de Prague vers Riga, de Londres vers Kosice, de Bucarest vers Istanbul…

Au fil de mes voyages je me confirme une conscience européenne. Je croise des peuples latins, germaniques, celtes, anglo-saxons, et slaves.
De frontičres en frontičres, je découvre de nouveaux paysages, de nouveaux visages. De villes en capitales, je vais a la rencontre de cultures et de peuples. Je passe d’une langue a l’autre. Il faudrait inventer une pilule « traduction simultanée. »

Le premier jour d’un séjour quelque part, il est bon d’aller sans but, marcher, s’imprégner, absorber couleurs et odeurs, voir qui vit la, découvrir le rythme quotidien. Je joue le touriste plus tard, en prenant garde de ne pas rater ce qui est digne d’etre vu. Je cours les librairies a la recherche de poésies, romans, essais, pour me faire une autre approche du pays visité. Je recherche les fragments d’un seul puzzle : ma citoyenneté européenne.

Une citoyenneté européenne se veut etre une citoyenneté sans Etat, sans constitution, au-dela du cadre national.
Alors que je parcours l’Europe, il m’est aisé de constater que les racines de l’identité européenne sont trčs souvent nationales ou meme militaires. Les noms des rues, des places ou des statues font partout allusion a des souvenirs de batailles et de héros guerriers, fondateurs de l’identité des peuples et inscrits dans leur histoire nationale. Or, mes itinéraires m’en fournissent maints exemples. Une des difficultés de la citoyenneté européenne est sa carence en images symboliques. Passeport, drapeau, monnaie, l’identité européenne peut-elle se construire par l’objet ?

Les Etats européens se sont historiquement construits par opposition a leurs voisins. On associe souvent la Chrétienté a l’Europe, d ‘un « Club Chrétien. »
Pour preuve, le drapeau européen veut symboliser la fraternité nouvelle : les douze étoiles renvoient aux douze apôtres et leur couleur dorée sur un fond bleu évoque l’Assomption de la Vierge. De nouveaux pays entrent réguličrement, de nouveaux candidats frappent a la porte de l’Europe.
Les débats autour de l’entrée de la Turquie et des peuples « immigrés », des « Tziganes » (ou Roms), voire de pays tels que l’Albanie, du Kosovo, de la Bosnie-Herzégovine en Europe, témoignent des réflexions sur la nature de l’espace et des peuples européens.

La « Nouvelle Europe » doit veiller a conserver un équilibre entre Chrétienté et Islam. Le territoire européen n’est pas clairement circonscrit, et les symboles peuvent paraître pesants pour développer cette nouvelle Europe. Qu’est-ce que l’Europe et oů s’arręte-t-elle ? Qui est européen et qui ne l’est pas ? L’Europe culturelle est-elle la seule piste de construction de la citoyenneté européenne ? Qu’en est-il de l’Europe spirituelle ?

Pour autant, l’Europe dans ses racines est chrétienne, et ne peut exister si elle les perd, sous peine de devenir comme nos gouvernants, amnésique. A quoi nous servirait-il de gagner l’Europe entičre – ou simplement de la parcourir en simple curieux – si nous perdons notre âme ?
Je suis profondément européen, mais je ne veux pas y perdre mon âme !
Oui, l’Europe est chrétienne. Oui, notre âme est chrétienne, chrétienne elle reste. Oui, mon âme est chrétienne, chrétienne elle reste. La chrétienté doit rester source de référence européenne. Oui, il faut croire.
Cessons de penser que les autres religions n’appellent pas leurs croyants a vivre intensément leur vie religieuse ! Alors que de plus en plus de citoyennes et citoyens européens rejoignent les rangs de « Sectes européennes » ou se réfugient dans l’Athéisme.

Pour autant je suis de ceux qui sont favorables a l’échange inter-religieux. Oui, j’encourage le dialogue inter-religieux, avec ceux qui veulent croire que le dialogue est encore possible ! Un dialogue, mais pas a n’importe quel prix : il faut condamner toute dérive « intégriste et fanatique », voire « terroriste », qui conduit a la haine.
« La haine est une défaite de l’imagination. » L’amour est un pont jeté entre deux etres.
Nous devons poursuivre le chemin tracé et inachevé : jeter de nouveaux ponts entre les villes, les peuples, et les religions.
Il nous faut abattre « les ponts de discorde » pour construire « des ponts de fraternité et de tolérance réciproque. »


Au nom du « diplomatiquement correct », au nom de « l’Europe des marchands », l’Europe doit-elle, peut-elle, se construire au nom de traités qui « bafouent » l’avis des peuples !
Chaque rendez-vous européen doit faire l’objet d’un référendum. Les peuples doivent rester maîtres de leur destin. Les peuples européens doivent etre « acteurs de leur destin commun. »
L’Europe qui s’est construite sur des conflits doit mettre en avant de leur vivant ou en référence a des faits récents de l’histoire européenne, des personnages illustres, des femmes et des hommes qui ont valeur de modčle ou d’exemple en Europe, qui donnent un sens a la construction européenne. Messagers de paix, de réconciliation et de fraternité pour le continent européen ; voyageurs européens dans la conquęte de l’espace ; intellectuels, politiques, sportifs, chercheurs, scientifiques… européens inscrivent leur nom en filigrane sur le socle d’une citoyenneté européenne. Il faut dépasser certains courants transnationaux qui ont été ŕ l’origine de l’entrée de l’Europe dans la modernité a partir du 18čme sičcle : les Lumičres, la révolution industrielle, les idéologies sociales-démocrates, la laďcité… Il faut trouver les ressorts pour faire entrer l’Europe dans la modernité du 21čme sičcle.

Dans la męme démarche qui a procédé a la définition d’une devise européenne : « Unis dans la diversité. »
Un jury européen, a l’issue d’un sondage ou d’un concours effectué dans chaque pays membre et des nouveaux pays candidats, se verrait proposer une liste de personnalités « européennes », dans divers domaines, susceptibles d’inspirer la construction d’une citoyenneté européenne avec des références contemporaines, plus identifiables pour chaque citoyen européen. L’Europe doit relancer le temps des reves européens. Une citoyenneté européenne doit naître d’une communauté des peuples latins, germaniques, celtes, anglo-saxons et slaves.

L’histoire européenne n’est jamais finie. Elle ne finira jamais tant qu’il y aura des femmes et des hommes convaincus du sens a donner a la construction européenne. Il faut passer des héros nationaux « issus des guerres » aux héros européens « porteurs de paix. »

Pourquoi tant de "loobying" diplomatique et economique de la part de la Turquie pour integrer l`Union europeennne !
Alors que l`on raye d`un trait de plume un "genocide"... pour des interets economiques et commerciaux... Quel est la conscience de nos dirigeants politiques nationaux et europeens...
Voter pour la Constitution europeenne s`est accepter le fait d`accorder d`office l`entree de ce nouveau pays... sans en attendre un avis des peuples, sous reserve d`un referendum... dans dix ou quinze ans... (ce qui prete a sourire, les promesses n`engagent que ceux qui les recoivent !)... Oui. pour un "accord de partenariat"...
Le destin commun "Europeen" se construit au present...

Le Mexique a-t-il demande a un quelconque moment d`integrer les Etats-Unis d`Amerique ?
La Louisiane a-t-elle demandee a un quelconque moment de son histoire a quitter les Etats-Unis, depuis l`adoption de la Constitution des Etats-Unis d`Amerique ?
Pourquoi la Pologne demanderait-elle a quitter l`Union europeenne avant meme que l`adoption d`une Constitution europeenne vienne a le permettre !


Les « technocrates » européens, et décideurs politiques doivent tenir compte de « l’imaginaire des peuples » trop souvent balayé d’un revers de main ou rayé d’un trait de plume. De ce qui a fondé la nation, puis a entretenu un certain patriotisme national.

Réussir l’Europe, c’est aussi tenir compte des Etats Nation, et de l’imaginaire dont se nourrissent les peuples. C’est construire un patriotisme européen.

C`est reussir l`Europe sociale, repondre aux espoirs tant attendus des nouveaux pays membres de l`Union europeenne, Europe centrale et orientale.
C`est aussi dans nos vieux pays d`europe repondre aux attentes des citoyens a plus de social et plus d`emplois...
A defaut de reponses concretes les peuples se rebiffent...
Nul n`a le droit de les decevoir...
Nul est a l`abri de "surprises" dans les prochains scrutins electoraux en France en particulier, dans les pays d`Europe de l`Est du fait en general, d`un nouveau rapprochement diplomatique et economique avec la Russie, en Slovaquie, en Roumanie ou en Bulgarie... en particulier, face aux difficultes economiques qu`ils rencontrent... (et dans les scrutins de referendum de cette constitution europeenne.)

J`avais reve l`Europe... L`Europe qui se construit n`est pas "l`Europe de mes reves"...
J`ai milite pour l`Europe... L`Europe qui se construit n`est pas l`Europe pour laquelle j`ai milite... avec un avis favorable dans tous les grands rendez vous europeens...
Aujourd`hui l`Europe ne repond pas a ce projet... "Les peres fondateurs doivent se retourner dans leurs tombes"...
Nous sommes tous responsables et garants de la continuite du projet europeen qu`ils nous ont legue...

Europeen convaincu, militant europeen de toujours,
pour toutes ces raisons je voterais NON a la Constitution europeenne soumise au referendum...

Laissons du temps au temps européen, un jour viendra dans « l’Europe Nouvelle » ou une constitution européenne prendra alors tout son sens, et s’imposera d’elle-męme...

Patrice Charrais, le 29/07/04 (rappel modifie le 28/01/05)
pcharrais@hotmail.com

Rédigé par : Patrice Charrais | 28 jan 2005 11:08:36

Dire OUI au traité, c'est dire oui à une Europe "puissance" et un non à la colonisation US par le jeu de l'OTAN.

Par contre si la Turquie doit entrer dans l'Union, il faut accepter les trois pays du Magreb qui sont beaucoup plus proche de l'Europe et en particulier de la France par leur culture et leur histoire.

Rédigé par : JC POLLISSARD | 28 jan 2005 11:34:47

Ce n'est pas l'Europe qui nous a mis dans le "marasme" psychologique mais une France qui n'a pas su prendre ses responsablilités durant + de 20 ans dixit les socialistes.
Je vote OUI et archi OUI pour l'Europe !

NB Je ne pourrais pas me rendre au Zénith de Lille ce soir pour soutenir l'action de Nicolas Sarkosy, mais je suis de tout coeur avec sa politique courageuse. A la prochaine fois.
Hauts les coeurs !!

Rédigé par : Mme Anne Demoulin | 28 jan 2005 14:13:38

100% oui et bon courage

Rédigé par : MOISY | 28 jan 2005 17:42:29

Désolé, mais je suis un ami du non.

Rédigé par : caillierez guy | 29 jan 2005 13:37:05

L'Union fait la force.

Rédigé par : beldi | 30 jan 2005 04:33:31

Chers Ami du OUI.......!

Oui "naturellement" à une Europe qui à l'ambition de s'élargir
et de rompre avec les schémas limités du passé.

Oui à une Union qui vise à casser les clans et à "dégommer" les haines !

Oui à l'homogènéité d'un esprit de Rassemblement pour un Avenir
équilibré par la Paix et la Justice / Oui à des Polices travaillant en
fusion!

N.B : Il est à considérer dans l'évolution de nos mentalités comme une insulte pour la race humaine ;
Celui qui refuse l'Europe selon sa bonne et due et forme à la
"Solidification" et à l'élargissement ;
... comme des mentalitées !

... Ne nous condamnons pas à un Avenir "étriqué" ;
Nous devons laisser la porte ouverte aux Pays qui souhaitent nous rejoindre
"Naturellement" il est à considérer que rien n'est meilleur atout
pour nous que d'avoir un "Chirac chez nous " SOUTENONS LE
AVEC RECONNAISSANCE : QUEL COMBAT !.....
UNISSONS NOUS A SOUTENIR : CELUI QUI LE MERITE !

Un jour Président de L'Europe ;
Oui! ... au "cumul des Mandats" quant au "cumul des Compétences" ;
c'est une question de possibilitées et non de rivalitées ...
"Bonjour chez Nous" et Vive la " France-d'Europe" ! Vivement Demain ! ..... Tous... * Unis vers un Meilleur Panorama....!****

Rédigé par : Gonot*C | 1 fév 2005 19:51:41

Murmurez moi encore ce OUI!
Ce OUI m'éblouit!
En moi,évanoui!
Enfoui!Que nenni!
OUI!OUI!Oui!

Rédigé par : Tahéra | 3 fév 2005 17:42:56

Ne perdons plus de temps, ne laissons pas l'Europe sans objectifs et sans organisation, comme une automobile sans volant. Pas d'hésition, GO !!! Qu'on se le dise !

Rédigé par : de Taxis du Poët | 11 fév 2005 16:45:02

OUI A L'EUROPE!
NON A DELANOE A PARIS!! - lire le LIVRE NOIR en vente 3 €
OUI AU 16e SUD!!!
NON AU PARC DES PRINCES!!!! et au PSG!!!!!

Rédigé par : GOASGUEN | 12 fév 2005 00:07:13

OUI à la constitution européenne de la part d'une Jeune Populaire du 19é arrondissement de Paris (géré par les socialistes)
NON à l'entrée de la Turquie!
NON à Delanoë

Rédigé par : Johanna | 13 fév 2005 20:32:14

pour moi c'est OUI

Rédigé par : JOLLY-MAIRESSE Eliane | 17 fév 2005 21:08:13

UN grand OUI pour la constitution europeenne et un grand NON à l'entrée de la turquie car pour reprendre le oresident de notre mouvement "si la turquie etait geographiquement dans l'europe, cela se saurait depuis longtemps".
Si on dit oui à la turquie c'est la porte ouverte aux autres pays du moyen orient.

Rédigé par : ANTONY | 18 fév 2005 08:08:58

OUI vers l' Europe plus forte, plus solidaire, plus consensuelle dans ses décisions à l'intérieur et en international. Il nous faut cette constitution: elle est nécessaire pour notre avenir et celui des générations futures.On ne bâtit pas un grand édifice sans armature: la constitution sera notre armature. Cordialement à vous. Dominique Brunet.

Rédigé par : Brunet, Dominique | 18 fév 2005 09:05:19

faut-il rappeler que Paris a toujours été à droite avant 2001 et que la misère n'a pas attendu DELANOE pour apparaître sous nos fenêtres.
La présence des SDF n'est pas le fruit de la politique de l'actuelle majorité municipale mais bien le résultat de la politique libérale à laquelle nos dirigeants adhèrent pour rester au pouvoir. Je n'irai pas plus loin, c'est tellement grotesque de mêler DELANOE à ça que...
Je mesure l'ignorance de vos adhérents et sympathisants, oui je plains les générations futures.
Quand je lis vos arguments, j'ose espérer que les Français ne sont pas les "veaux" que vous imaginez et je puis vous assurer de mon vote en faveur du non.
Je rejoins dés aujourd'hui le CNR.

Rédigé par : dubois | 18 fév 2005 15:45:15

Vous qui êtes si attachés à la démocratie, vous ne censurerez pas mon message n'est-ce pas?

Parce que voilà ce que je pense de VOTRE TRAITé:

- De la retraite à l’assurance maladie, des salaires à l’emploi, des règles d’indemnisation du chômage aux services de l’ANPE, des services publics au Code du travail, tout ce qui participe à la cohésion sociale est en ligne de mire des libéraux qui nous gouvernent, à Paris, à Bruxelles, à Washington.

- Aujourd’hui les exonérations de charges accordées aux employeurs s’élèvent à 17 milliards d’euros par an – six fois plus qu’il y a dix ans. Résultat : la production n’a pas augmenté pour autant et le chômage n’a pas été vaincu mais les profits boursiers ont progressé de 74 % !

- Ce que demandent les Français ce n’est pas la charité de Borloo ou 150 francs par an de réduction d’impôt mais la justice sociale : avoir un travail stable, un salaire décent et l’accès à des services essentiels.

Voilà ce que dit le traité :

- Les Etats devront respecter « le principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée »
- Les aides des Etats « qui faussent ou menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises sont incompatibles avec le marché intérieur »
- Les entreprises chargées des services d’Intérêt économique général «sont soumises aux dispositions de la constitution, notamment aux règles de la concurrence » (art III-178, 167 et 166-2)
- Les restrictions aux mouvements de capitaux sont interdites (art III-156) et la liberté d'installation des entreprises est garantie (art III-137) : c’est l’impossibilité de lutter contre la spéculation financière et les délocalisations d¹entreprises.
- Les aides des Etats aux entreprises sont, sauf dérogations limitées, interdites dès lors qu'elles risqueraient de fausser la concurrence (art III-167) : c’est l’impossibilité de conduire une politique industrielle dynamique et d'investir dans la recherche-innovation pour préparer l’avenir.

Cette pseudo constitution entravera toute possibilité de mener une politique décidée et voulue démocratiquement par le peuple. Les gouvernements devront se plier aux règles ultra libérales inscrites dans le marbre constitutionnel.

CE PROJET DE « CONSTITUTION », C’EST :
La précarisation de l’emploi !
L’augmentation du chômage !
La casse des salaires !
CE PROJET DE « CONSTITUTION »,
C’EST LA POLITIQUE DE RAFFARIN EN PIRE !

je voterai NON. et je milite.

Rédigé par : PIREYRE | 18 fév 2005 15:46:45

"Il est des temps où la réaction est progressiste et où le progrès est réactionnaire"


Les services publics du "sytème français" (tant décrié dans plusieurs messages précedents) reposent sur des principes qui me paraissent essentiels : égalité d'accès, responsabilité collective face aux difficultés qu'un individu peut rencontrer pour trouver et conserver une place dans la société.
Responsabilité collective face à l'exclusion.

Et je soutient ceci fermement en dépit de l'essence même de la pensée qu'on nomme "néo-libérale" qui veut que la respoonsabilité face à l'exclusion, à la misère sociale et économique et au chômage soit l'unique apanage des individus concernés.

La solidarité n'est pas un vain mot et ne doit pas le devenir.
Le traité modifie la notion de "droit au travail" présent dans la déclaration des droits de l'homme ainsi que dans la constitution française en "droit de travailler".

Il ne s'agit pas d'un détail : on a là clairement l'illustration de ce que je viens de décrir, à savoir : "si t'as pas de boulot, c'est que t'es un feignant et que tu veux pas bosser puisque... tu ne te saisi pas de ton "droit de travailler !!!!"

L'éducation, les soins médicaux, l'aide social, l'assurance chômage, la retraite... autant de secteurs dont l'accès NE DOIT PAS être soumis à des critères de revenus : pouvoir SE PAYER une bonne école, pouvoir SE PAYER des soins quand on est malade, pouvoir SE PAYER une assurance chômage, pouvoir SE PAYER une assurance retraite...

Si les services publics français fonctionnent sur un pied, c'est parceque la politique menée depuis au moins deux décennies, socialistes compris, consiste à les affaiblir et à les discréditer... puis à pointer du doigt les dysfonctionnement... pour mieux, bien sûr, proposer les solutions qui, le temps passant, s'avèrent évidemment de plus en plus "incontournables".

Mais elle ne le sont pas !! C'est l'essence même de cet étendard auquel je souscris : un autre monde, une autre europe est possible !!


Et ceci avec le temps qu'il faudra.
L'urgence affichée est un leurre.


Le traité transforme les service publics en SIEG, Services d'Intérêt Economique Général (c'est déjà le cas depuis trois ans dans toutes les publications des commissions européennes ayant travaillé le sujet).

Là encore, ce n'est pas pinailler sur les mots que de s'interroger sur les raisons qui poussent les rédacteurs à changer le terme.

Soumettre l'accès élémentaire à ces services à la logique marchande et concurrentiel c'est tout simplement mettre fin aux principes qui les ont fondés. Alors, oui, on aura sans doute des SIEG efficaces, mais POUR QUI POURRA PAYER.

C'est inacceptable.

De manière général, ce traité ouvre la voie à la marchandisation de toutes les activités humaines y compris l'éducation, les soins... qui devront eux aussi être, enfin !, producteurs de croissance, faiseurs de richesses.

Eh oui ! Aucun secteur quel qu'il soit n'échappe à cette règle suprême de la "concurrence libre et non-faussée".

Ouvrir les marchés, c'est déréglementer. Déréglementer, derrière les arguments fallacieux usant sans complexe de notions comme "entrave à la liberté", à la "créativité", à "l'esprit d'entreprise", c'est instaurer la norme précaire en matière de droit du travail.

Parmi les partisans du "oui", j'aimerais bien savoir qui a une idée de ce mot et des réalités qu'il recouvre : PRECARITE.

Ah pardon, j'oubliais, ceux qui connaissent ça, c'est de leur faute, ce sont soit des incapables soit des imbéciles soit des feignants.

La dégradation du droit du travail est une réalité. Le traité empire les choses : il va en effet de pair avec la directive Bolkenstein qui prévoit, au sein de l'espace européen, l'application du droit du travail, pour les employés d'une entreprise, du pays dans lequel est implanté le siège social de ladite entreprise.

Comment les partisans du "oui" considèrent-ils la future possibilité, instaurée en cas de mise en oeuvre de ce traité, de voir des personnes travailler en France sous le régime du droit du travail Polonais ou Lituanien ?

Mais j'imagine assez facilement que la réalité des travailleurs risquant une dégringolade hallucinante de leur conditions de travail et de leur couverture sociale est loin de ces crânes-là.

Mais après tout, "il faut de tout, n'est-ce pas ?". On en peut pas éviter ça ! Vouloir faire autrement c'est être sottement idéaliste ! La misère est inaliénable à la société, c'est comme ça ! C'est "l'ordre des choses" !

Dans "électeur", il y a "lecteur". Quel partisan du "oui" a lu autre chose que les analyses faites par d'autres ? Quel partisan du "oui" a lu en détail la troisième partie du traité, véritable coeur du projet ? Pour ceux qui l'ont fait, comment n'avez-vous pas pu voir la dégradation sans précédent et le nivellement par le bas SANS POSSIBILTEE D'AMELIORATION du cadre juridique du droit du travail ?

Moi aussi je voterai non, comme l'auteur du message précédent. Moi aussi je milite mais pour que les gens AILLENT LIRE au delà de la vitrine que constituent les premières et deuxièmes parties et comprennent que l'europe qu'on nous proposent est celle de la finance et des riches, avec un mépris intolérable pour tous les autres, ceux qui ne rentrent pas dans le cadre, les incapables, les parasites, les boulets, les chômeurs, les étudiants, ceux qui foutent rien, qui veulent pas bosser.

Non.
Non au "oui" qui veut que ceux qui refusent soient des imbéciles saboteurs de l'avenir.
Non au "oui" parceque "tout le monde autour de moi vote oui"

Rédigé par : BOUGUI | 3 mar 2005 21:07:20

Nos lendemains ne sauraient être dans les rétrécissements ni dans les tièdeurs , les nations frileuses. Ce sont bien des défis que l'avenir nous propose : défis environnementaux, économiques, sociaux... Qui pourrait les relever seul ? L'avenir est confraternel ou il ne sera pas . Les guerres , les conflits idéologiques , les luttes et oppositioons épuisantes, les protectionnismes ne sont pas fatalités. L' Europe a besoin des intelligences, des volontés , des projets , d'humanistes et d'humanité . Fédérons les énergies de l'Europe à l'intérieur de laquelle nous serons fiers de nos histoires et forts de notre avenir. Pensons à nos enfants : qu'ils déploient leurs rêves à travers un grand champ d'espace et les déclinent avec les autres jeunes citoyens d'une grande et belle Europe qu'ils feront à l'image des dynamismes qui les portent.
C'est à eux que l'avenir appartient . N'hypothéquons pas leurs chances , aidons-les , aidons-nous en appelant de nos voeux les textes fondateurs qui permettront d'y travailler.

Rédigé par : olivier | 4 mar 2005 20:52:33

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.