Merci

@ amis,

Au nom de toute l'équipe des Amis du Oui, je remercie tous ceux, internautes, intervenants et membres de l'équipe, qui ont contribué à ce que ce blog soit un des plus riches et des plus vivants de la campagne.

Je pense tout particulièrement à tous ceux qui ont soutenu le Oui.

Bien à vous tous,

Matthieu, Pour Les Amis du Oui.

mai 30, 2005 at 10:54 AM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (37) | TrackBack (2)

Le dernier mémento pour le Oui!

Oui_1 L'un des plus grand mérites du référendum qui va avoir lieu demain est bien d'avoir mis l'Europe au cœur des discussions d'une grande majorité de Français. Quoi qu'il arrive demain, le 29 mai marquera certainement la véritable naissance de " la question européenne " dans la politique française. Absente de la campagne de 2002, l'Europe sera inévitablement un thème central en 2007. Aux vues de la situation politique qui s'annonce riche en rebondissements dans tous les grands pays d'Europe, on pourrait conjecturer longtemps. Mais à la veille du vote, concentrons nous sur des choses plus prosaïques.

Lire la suite "Le dernier mémento pour le Oui!"

mai 28, 2005 at 04:20 PM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (29) | TrackBack (0)

UN OUI D'AVENIR

Francisque A quelques heures du vote, l'impression la plus frappante est le contraste entre la détermination des acteurs politiques et l'indécision de nombreux électeurs. C'est à ces derniers que j'ai envie de m'adresser, pour leur dire que le referendum représente une opportunité historique qu'il ne faut pas manquer.

L'Europe s'est toujours construite par étapes et chaque étape a été marquée par des débats passionnés. Cependant, malgré les hésitations, les retards, chacune de ces étapes a constitué une avancée, un progrès.

Cette fois-ci, il s'agit de s'engager durablement pour doter l'Europe de bases politiques solides. Si nous manquons ce rendez-vous, nous resterons pour longtemps dans un système mal défini, porteur d'imperfections et d'incompréhensions.

Dire oui, c'est se prononcer clairement sur une question certes difficile, mais vitale pour l'Europe.
Dire oui, c'est pour nous, Français, valider un traité qui renforce notre place dans l'Europe.
Dire oui, c'est doter l'Europe de pouvoirs renforcés qui lui permettront de mieux tenir sa place parmi les autres grandes puissances.
Dire oui, c'est entretenir un mouvement lancé il y a près de 60 ans et qui ne peut se poursuivre que s'il est soutenu par notre volonté collective : l'élan européen.

Jean-François LEGARET
Premier Vice-Président du groupe UMP
du Conseil de Paris
Maire du 1er arrondissement

mai 28, 2005 at 04:06 PM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (9) | TrackBack (0)

Deux fois OUI : L’Allemagne et l’Autriche finalisent leurs procédures de ratification par un vote massif et sans réserve

Pho A l’occasion de sa réunion mensuelle, le Bundesrat, chambre haute du Parlement allemand, vient d’adopter avec 66 voix pour et 3 abstentions la Constitution européenne.

Le représentation des seize Länder a pris cette décision lors d’une session solennelle en présence des 25 ambassadeurs des pays membres de l’Union européenne et du président de la Convention européenne Valéry Giscard d’Estaing.

Lire la suite "Deux fois OUI : L’Allemagne et l’Autriche finalisent leurs procédures de ratification par un vote massif et sans réserve"

mai 27, 2005 at 02:29 PM dans Le débat dans les autres pays | Permalink | Commentaires (16) | TrackBack (0)

Chacun a une « partie du destin de la France » entre ses mains

Jacques_chirac_1 Les députés UMP attendaient du Président de la République qu’il adresse un message « gaullien » aux Français à l’occasion de sa dernière déclaration avant le référendum du 29 mai. Jacques Chirac ne les aura certainement pas déçus, affirmant avec gravité que le scrutin de dimanche était un moment historique pour chacun d’entre nous, engageant l’avenir de notre pays au sein de l’Europe mais aussi sur la scène mondiale. Loin de toute dramatisation, le Président de la République en a surtout appelé à une certaine responsabilisation, chaque Français ayant finalement « une partie du destin de la France » entre ses mains.

Lire la suite "Chacun a une « partie du destin de la France » entre ses mains"

mai 27, 2005 at 03:42 AM dans Parlez-nous du Oui | Permalink | Commentaires (8) | TrackBack (0)

Voter Non, c'est voter Bush

On a déjà eu l'occasion d'expliquer, notamment sur ce site, l'incohérence des différents Non et finalement sa vacuité. Qu'y a-t-il de commun en effet entre MM. Le Pen, Villiers, Fabius, Besancenot, Emmanuelli ? Pendant longtemps, le déchaînement de violence des partisans du Non contre le libéralisme pour les uns, contre l'immigration pour les autres, contre le Gouvernement pour quasiment l'ensemble, ne nous semblait pas de nature à constituer une alternative crédible, un projet pour l'avenir.

Tel n'est pas l'objet d'un référendum nous disait-on alors, ce qui est vrai. Nous en restions donc là, dans une espèce de combat de sourds entre les défenseurs d'un Traité qui le considèrent comme une avancée considérable et ses adversaires qui voient en lui le parangon de tous leurs maux. Débat de plus en plus stérile en fait.

Lire la suite "Voter Non, c'est voter Bush"

mai 26, 2005 at 08:22 PM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (25) | TrackBack (0)

" Dire oui à nos partenaires "

Photo_barrot_6 Si la France disait non le 29 mai prochain, à quoi dirait-elle non au juste ? Pas seulement à un traité.

Elle dirait non à l'Allemagne, qui aura ratifié le traité constitutionnel deux jours plus tôt. Ce serait bien la première fois depuis le traité de Rome en 1957 que la France lâche la main du partenaire allemand et le laisse avancer seul. Il y a déjà eu des divergences entre les deux pays, sur le budget, sur la politique agricole. Mais jamais sur l'avenir de l'Europe.

Elle dirait non aussi aux dix nouveaux Etats membres qui, après dix ans d'efforts soutenus, ont rejoint l'UE en 2004. Quatre d'entre eux ont déjà dit oui au traité constitutionnel. Après la polémique quelque peu méprisante sur le plombier polonais, ces pays interpréteraient assurément le non français comme une porte claquée. Au contraire, la France doit s'efforcer d'être plus présente sur ces marchés en forte croissance. Il ne faudra pas s'indigner et crier à l'ingratitude si ces pays se tournent encore vers les Etats-Unis, comme ils l'ont fait lors de la crise irakienne.

Je ne veux pas culpabiliser les Français, je ne veux pas leur donner l'impression qu'ils n'ont pas le choix. Ce vote est probablement le plus important de leur vie. Ils doivent être conscients qu'il aura des conséquences de Lisbonne à Varsovie.

Lire la suite "" Dire oui à nos partenaires ""

mai 26, 2005 at 02:11 PM dans Jacques Barrot | Permalink | Commentaires (8) | TrackBack (0)

On n'est pas résigné!

Oui A en croire les médias, les défenseurs du Oui n’y croiraient plus. L’heure serait à l’abattement comme s’il n’y avait plus de mystère quant à l’issue du scrutin de dimanche. Il faut bien avouer que les sondages ne sont pas là pour rassurer : au dixième sondage en faveur du Non, il pourrait y avoir de quoi se mettre à douter de l’impact de la campagne en faveur du Oui menée ces dernières semaines.

Mais qui a dit que le combat serait facile et gagné d’avance ? Qui s’est osé, un jour, à prévoir une victoire massive du Oui ? Personne ! Car chacun savait, depuis que l’idée d’un référendum a été lancée par le Président de la République, que la partie à jouer serait complexe. Nul n’ignorait que le peuple français pourrait profiter du scrutin pour manifester, haut et fort, son mécontentement de n’avoir pas été consulté depuis Maastricht sur les grandes étapes de la construction européenne. Cette hypothèse semblait d’autant plus possible que le scrutin interviendrait à un moment clef de l’action gouvernementale : les Français pourraient aisément vouloir sanctionner trois années de gouvernement, marquées par des réformes courageuses mais qui ont nécessairement fait des mécontents comme toutes les fois où l’on mène à terme une réforme trop longtemps repoussée ! Le pari était osé et tout le monde n’y était pas favorable. Néanmoins, le défi a été lancé et chacun s’est attaché à le relever !

Lire la suite "On n'est pas résigné!"

mai 26, 2005 at 02:14 AM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (10) | TrackBack (0)

OUI à la compétitivité ET à l’emploi

Comptitivit_industrielle Il y a deux manières d’évaluer la nouvelle Constitution européenne. Premièrement, une analyse idéaliste et idéologique, à l’aune des positions et exigences des différentes formations politiques ; dans ce cas, il est clair que la Constitution ne peut pas être entièrement satisfaisante, surtout pour ceux qui défendent des positions extrêmes.

Deuxièmement, une approche pragmatique et réaliste consiste à comparer le texte qui nous est proposé aux traités actuellement en vigueur, et notamment le « Traité de Nice ». C’est cette deuxième approche qui permet de démontrer que le texte proposé représente une réelle avancé en matière économique et social et une formidable ouverture vers l’avenir.

Lire la suite "OUI à la compétitivité ET à l’emploi"

mai 25, 2005 at 09:09 AM | Permalink | Commentaires (20) | TrackBack (0)

Vu d'Espagne

Espagne2_2 A moins d’une semaine du référendum sur la constitution européenne, la grande question et surtout l’issue que choisiront les français dimanche, font les gros titres en Espagne. Quand les politiques français s’efforcent de rassembler leurs troupes, leurs confrères européens se posent en observateurs, toutefois actifs quand ils sont venus les épauler en meeting.
En Espagne, la presse pose un regard très critique sur notre actuelle situation. Les espagnols qui ont voté par référendum pour le Oui à 77% en février dernier sont, comme nous le savons, pour la majorité très pro-européens.

Lire la suite "Vu d'Espagne"

mai 25, 2005 at 08:38 AM dans Les amis du oui | Permalink | Commentaires (14) | TrackBack (0)